1ERE REUNION NAO DU 24 NOVEMBRE 2016

snb

NEGOCIATIONS ANNUELLES SALARIALES

1ERE REUNION LE 24 NOVEMBRE 2016

 La 1ère réunion de Négociation Annuelle Obligatoire (NAO) s’est tenue le 24 novembre dernier et le ton est donné par la Société Générale.

Notre déception est très grande d’entendre qu’il sera difficile de négocier sur l’augmentation collective du RCA et sur la prime collective, cette année préparons-nous à décliner le ZERO.

Les résultats de notre banque sont en amélioration et à nos yeux très satisfaisants mais comme chaque année au moment des négociations salariales, nous entendons le même message pessimiste(*) sur l’avenir des banques de détail (dixit un message du Président de la Société Générale).

(*)pour info en Bourse, l’action SG est passé de 28€ en juillet à 40€ courant novembre !!!!)

 Le SNB a transmis ses propositions écrites sur différents thèmes :

  • Augmentation collective du RCA (rémunération contractuelle brute) et une prime collective
  • Augmentation de l’abondement du PEE
  • Versement unilatéral de l’Employeur dans le Perco (loi Macron)
  • Réévaluation du montant du ticket restaurant
  • Amélioration du barême de la participation au logement en cas de mobilité géographique
  • Augmentation des frais de de garde pour les enfants.

 Le SNB souhaite un geste fort de la Direction pour reconnaitre les efforts au quotidien de tous les salariés à travers des mesures pérennes.

 Le SNB constate que la Direction de la SMC n’a pas la main pour décider et négocier avec les organisations syndicales, tout se passe un étage au-dessus entre la SG et le CDN.

 La prochaine réunion sera le jeudi 15 décembre 2016 l’après-midi.

Suite au prochain épisode…..le SNB trouve la décision du Président de la Société Générale méprisante à l’égard de l’ensemble des salariés du Groupe et notamment des salariés de la SMC qui n’ont pas démérité et s’investissent au quotidien à la réalisation des résultats de leur Entreprise .

bas de page

Imprimer cette page Imprimer cette page

LES NEGOCIATIONS EN COURS

snb

Les négociations en cours à la SMC

Le projet sur la semaine de 4 jours est reporté à une date ultérieure. Le SNB n’est pas contre ce projet à condition que cela s’adresse seulement au volontariat.

Le projet de l’accompagnement social dans le cadre de transformation majeure est reporté à une date ultérieure. Le SNB a indiqué à la Direction que ce projet n’était pas satisfaisant et qu’il manquait beaucoup de clarté et de précision.

Le projet de l’intégration de l’indemnité compensatoire des cadres au forfait-jours dans le RCA (rémunération contractuelle brute) est reporté à une date ultérieure. De nombreux échanges entre tous les partenaires et la Direction sur et comment faire pour les nouveaux salariés qui deviendraient cadres au forfait-jours de distinguer l’augmentation de leur promotion et l’intégration de l’indemnité compensatoire de 3% du RCA.

Le jeudi 24 novembre 2016, aura lieu la première réunion sur les négociations annuelles obligatoires. Le SNB fera des propositions et vous le fera savoir après cette 1ere réunion.

Nous vous informerons au fur et à mesure de l’évolution de chaque négociation.

Nous restons à votre écoute et nous sommes à votre disposition si vous avez besoin de conseil, d’écoute et d’accompagnement.

SNB SMCImprimer cette page Imprimer cette page

 

RTTE 2017

snbRTTE (RTT ENTREPRISE 2017)

Pour les salariés travaillant du lundi au vendredi :

1 jour de RTTE libre pour tous les TMB et les Cadres (intégrés ou au forfait-jours) et 1 jour RTTE fixé en fermeture collective le lundi 14 août.

Les jours fériés sont les suivants :   Lundi 17 avril (Pâques),  Lundi 8 mai,  Jeudi 25 mai (Ascension), Lundi 5 juin (lundi de pentecôte),  Vendredi 14 juillet (fête nationale), Mardi 15 août (Assomption, Mercredi 1er novembre (Toussaint), Lundi 25 décembre (Noël)

Pour les salariés travaillant du mardi au samedi :

6 jours de RTTE libre pour les TMB et les Cadres intégrés et 1 jour de RTTE fixé en fermeture collective le samedi 15 juillet.

5 jours de RTTE libre pour les Cadres autonomes (au forfait-jours) et 1 jour de RTTE en fermeture collective le samedi 15 juillet.

Les jours fériés sont les suivants :  Jeudi 25 mai (Ascension),  Vendredi 14 juillet (fête nationale),    Mardi 15 Août (Assomption),  Mercredi 1er novembre (Toussaint),   Samedi 11 novembre (Fête de l’armistice)

Cas particulier des collaborateurs à temps partiel :

Vous êtes à temps partiel depuis le début de l’année civile, vos RTTE sont intégrés dans vos RTT salariés, et vous devez les prendre seulement dans le déroulé de RTT qui apparait dans le Self Service Congés.

Autres spécificités:

Les collaborateurs entrants ou sortants en cours d’année, vous avez droit à la totalité des jours de RTTE dès lors que vous êtes présents au moins 6 mois au cours de l’année civile en plus des RTT Salariés.

bas de page

Imprimer cette page Imprimer cette page

PACTE DE RESPONSABILITE DANS LES BANQUES: UN BIEN MAIGRE RESULTAT !

snb

INFORMATION DE NOS INSTANCES NATIONALES

Communiqué de Presse du 19 septembre 2016

PACTE de RESPONSABILITES  dans les banques françaises :  UN BIEN MAIGRE BILAN !

Les Organisations Syndicales, dont le SNB/CFE-CGC, et la Délégation Patronale de l’AFB ont fait, à l’occasion de la Commission Nationale Paritaire de la Banque AFB du 16 septembre dernier, un premier bilan du « Pacte de Responsabilités » dans les banques françaises.

En préambule, le SNB/CFE-CGC rappelle que le Pacte de Responsabilités n’a jamais fait, dans les banques françaises, l’objet d’un accord de branche mais d’un simple « relevé de conclusions » signé par une seule et unique organisation syndicale, la CFDT.

Pour le SNB/CFE-CGC, il ressort de ce bilan que, comme il le craignait, aucune amélioration ne s’est produite sur le front de l’emploi, malgré une très légère remontée des effectifs en 2015.Les effectifs du secteur bancaire continuent de diminuer, sans qu’aucune mesure concrète ne soit prise en faveur des salariés qui restent et dont la charge de travail ne cesse de s’accroitre, provoquant risque psycho sociaux et burn out.

Les démissions, qui s’élevaient à 1,4 % en 2012 ont bondi à 1,9 % en 2015. Les sorties de CDI qui représentaient 41 % en 2012 s’élèvent désormais à 51 % en 2015. Le turn over passe, quant à lui, de 5,8 % en 2012 à 8,3 % en 2015.

Pire, les dépenses de Formation Professionnelle, élément essentiel pour garantir l’employabilité des salariés dans un monde bancaire en pleine mutation, ne cessent de diminuer : 3,8 % en 2012, 3,6 % en 2013 et 3,5 % en 2104. Le chiffre 2015 n’a même pas été communiqué !

bas de page

 

SUITE LA SEMAINE DE 4 JOURS 35 HEURES COURRIER AU DRH ET SES REPONSES

snb

                                                                                               Le 22 Août 2016

Lettre à Monsieur Olivier JOULAIN

Directeur des Ressources Humaines de la Société Marseillaise de Crédit

 

Monsieur le Directeur,

Suite à la réunion du 5 juillet 2016 concernant le projet d’accord sur la mise en place d’un cycle de travail de 4 jours par semaine au sein de la Société Marseillaise de Crédit, notre organisation syndicale vous fait part d’une nouvelle proposition après avoir interrogé un certain nombre de collaborateurs.

Le projet de l’élargissement de l’amplitude horaire avec abandon des RTT  ( ou semaine à 4 jours ) sans contrepartie financière soulève beaucoup d’interrogations et d’incertitudes (*)

-pour les salariés à temps partiel et leur intégration dans ce nouveau mode de fonctionnement.

-dans l’interprétation et l’application du volontariat des équipes à constituer, sans contrepartie financière.

-dans les résultats attendus en matière de satisfaction clientèle en l’absence de retour d’expérience.

L’ensemble de ces interrogations nécessite des réponses précises car ce projet d’accord crée un cadre social à plusieurs vitesses.

Les réponses obtenues conditionneraient une mise en place à titre expérimental pour 12 mois de ce projet de la semaine à 4 jours.

Il s’agirait au terme de 12 mois de valider cette expérimentation en dressant un bilan exhaustif, tant en matière de performances professionnelles que de performances sociales en y apportant si nécessaire les inflexions et corrections éventuelles.

(*)

1/ Quels sont les attentes et l’impact attendu pour les clients rapportés à la mise en place de la semaine à 4 jours avec élargissement des amplitudes d’horaires ?

Réponse DRH : « Pour les clients internes dans les services de types Middle Office / Back Office cela peut permettre de répondre aux attentes sur une plus grande amplitude horaire. Pour les clients externes dans les petites agences (2 à 3 collaborateurs), cela peut permettre de limiter sur l’année le nombre de semaines où l’équipe en agence est réduite à 1 seul collaborateur (10 semaines contre 16 semaines actuellement dans une agence de 2 collaborateurs). »

 2/ A-t-on évalué l’impact de la semaine de 4 jours en matière de conquête client, pnb, satisfaction clientèle ?

Réponse DRH : « Il n’y a pas d’étude d’impact possible sans expérimentation. »

 3/ Est-il prévu un outil de suivi en matière de satisfaction clientèle?

Réponse DRH : « Oui, il existe d’ores et déjà dans toutes les agences mais un focus pourrait être fait sur les agences expérimentant la semaine de 4J / 35h. »

 4/ Un équilibre entre vie Professionnelle et vie Privée exclue-t-il la possibilité de choisir pour nos salariés le temps partiel ?

Réponse DRH : « C’est l’un des avantages du projet, les collaborateurs travailleront 4 jours par semaine tout en bénéficiant d’une rémunération à 100%. »

 5/ Quels sont les métiers de la Banque concernés par l’élargissement des amplitudes horaires (ou semaine à 4 jours)?  

Réponse DRH : « Tous les métiers sont potentiellement concernés dans les agences de petites tailles.

Sur les équipes du siège ce sont celles dont les effectifs sont les plus importants qui pourraient être concernées, en tout ou partie. »

6/ Comment apprécier les « … réalités locales… « qui prévalent à ce projet (cf en préambule 2ème paragraphe)

Réponse DRH : « Les réalités locales sont par exemple les agences de 2 ou 3 collaborateurs qui sont surreprésentées à la SMC en comparaison du reste du Groupe. »

 7/ Y-a-t-il des agences prédéterminées à la mise en place de la semaine à 4 jours dans des périmètres à …. » réalités locales … » comme précisé en préambule 2ème paragraphe.

Réponse DRH : « Il n’y a pas de liste d’agences prédéfinies mais nous pensons que cela peut faire sens pour les raisons exposées plus haut dans les agences de 2 ou 3 collaborateurs. »

8/ Quelles sont les solutions apportées lors de retour de congé maternité des salariés souhaitant opter pour le temps partiel ?

Réponse DRH : « Le fait de travailler 4 jours 35h est une forme de temps partiel avec 4 jours travaillés par semaine rémunéré à 100%.

Si un collaborateur souhaite travailler à temps partiel (ex : travail 4 jours 31,2 h mercredi non travaillé rémunéré 80%), notamment à l’occasion d’un retour de maternité, nous nous orienterons vers un travail dans une autre équipe. »

9/ Les nouveaux embauchés auront-ils l’obligation d’accepter sans condition cette organisation du travail ?

Réponse DRH : « Les nouveaux comme aussi les anciens pendant la durée de l’accord. »

10/ Comment interpréter cette contradiction relevée dans le projet?

Il est indiqué page 2 … »la semaine à 4 jours n’a pas vocation être généralisée à l’ensemble des entités de la Banque … »

Cette singularité est totalement contredite page 3 article 6,

… » Toutes les entités sont susceptibles de mettre en place une répartition de la durée du travail à 4 jours »…

Réponse DRH : « Cela signifie que toutes les entités sont éligibles mais que toutes ne seront pas élues. En d’autres termes la semaine de 4 jours 35h n’a pas vocation à devenir la nouvelle norme d’organisation du temps de travail à la SMC. »

11/ En référence au 3ème paragraphe de l’article 2 ,.. » en bénéficiant de 3 jours de repos hebdo dont 2 jours consécutifs , incluant obligatoirement le dimanche… »

Il est donc possible de travailler le mardi + mercredi et le vendredi + samedi ?

Réponse DRH : « Le fait de travailler le samedi toute la journée ne figure pas nos options d’organisation du temps de travail. »

Notre organisation syndicale reste à votre disposition pour échanger à nouveau sur ce projet et vous adresse ses cordiales salutations.

Chantal KATCHADOURIAN Déléguée Syndicale Centrale

bas de pageImprimer cette page Imprimer cette page

NEGOCIATION EN COURS: LA SEMAINE DE 4 JOURS – 35 HEURES

snb

NEGOCIATION EN COURS: LA SEMAINE DE 4 JOURS SEMAINE A 35 HEURES

La semaine de 4 jours serait une semaine de travail de 35 heures avec une durée quotidienne de 8h45 et une pause repas dont la durée sera choisie par l’Entreprise pour une amplitude entre 45 et 90 minutes.

Cela pourrait concerner certaines agences et certaines entités des services administratifs d’Aubagne et du siège Rue Paradis.

Cela s’adresse aux techniciens et aux cadres intégrés, les cadres au forfait-jours sont exclus ainsi que les agences ouvertes du mardi au samedi matin.

La contre-partie des 35 heures est la perte des RTT Salariés et les congés payés passeraient de 26 jours ouvrés à 21 jours ouvrés (la règle des 5 semaines de congés payés est maintenu).

La Direction s’engage à prioriser le volontariat mais à notre question « s’il n’y a pas de volontaires, que faites-vous? » la Direction nous répond qu’elle imposera selon les besoins de l’Entreprise.

Pour les salariés ne souhaitant pas de la semaine de 4 jours, il leur sera proposé un mouvement géographique et dans la mesure du possible dans leur environnement.

Les personnes à temps partiel pourront revenir à temps complet sur 4 jours et seront payées à 100% de leur RCA. Le jour chômé sera fixé par l’Entreprise et non au choix du salarié pour le temps partiel.

Vous pouvez nous contacter pour nous donner votre avis.

Bien cordialement,

bas de pageImprimer cette page Imprimer cette page

DRAME A NICE

snb

DRAME A NICE

Une pensée à tous ceux qui ont été atteints dans leur chair ou psychologiquement. Une de nos collègues du Groupe de NICE était présente avec sa famille et ses amis et fort heureusement ils avaient changé de trottoir quelques minutes avant. Cette collègue a vu ce qui se passait et a été très choquée.

J’ai été contactée par le DRH de notre Entreprise pour m’informer que le Président de notre Entreprise se trouvait actuellement à Nice et qu’une cellule de prise en charge par une société spécialisée était mise en place pour tous ceux qui avaient été présents et choqués psychologiquement.

Nous n’avons pas, à ce moment, entendu que certains collègues avaient été atteints physiquement.

Vous pouvez me contacter pour m’informer si d’autres collègues sont touchés par ce drame.

Chantal KATCHADOURIAN 0688704680

ACCORD SECURITE à l’AFB: le SNB CFE CGC NE SIGNE PAS………..

snb2

Accord SECURITE à l’AFB…..Message de notre Président national

Le SNB/CFE-CGC ne signe pas….mais d’autres le font !

 Madame, Monsieur,

Cher(e) Collègue,

Comme j’ai déjà eu l’occasion de vous l’annoncer, l’AFB a proposé à la signature des Organisations Syndicales un « Accord sur la Sécurité dans les Agences Bancaires ». Le SNB/CFE-CGC, lors de la réunion de son Comité Directeur du 21 juin dernier, a décidé –A L’UNANIMITE- de ne pas le signer.

En effet, ce nouvel accord donne la possibilité à nos entreprises d’ouvrir un point de vente avec un(e) seul(e) salarié(e).

Certes, il est prévu que cette situation soit « occasionnelle » ou « exceptionnelle »…..mais nous savons trop que l’occasionnel comme l’exceptionnel ont tendance, compte-tenu des effectifs « tendus » dans les réseaux, à devenir de l’habituel.

Par ailleurs, les « incivilités » continuent de se développer à l’encontre de nos collègues des réseaux. Comment endiguer efficacement ce fléau si, en plus, nos collègues se retrouvent seuls face à la clientèle ?

Pour le SNB/CFE-CGC, la sécurité de nos collègues est une priorité absolue ! Nous ne cautionnons donc pas cette politique de mise en danger des salariés des agences bancaires !

Par contre, comme vous pourrez le lire dans le document en lien direct ci-contre, ce projet d’« Accord sur la Sécurité dans les Agences Bancaires » a, en revanche, obtenu la signature de la CFDT et de la CFTC……. A chacun ses responsabilités !

Je vous en souhaite bonne réception.

Sentiments cordiaux.

Régis DOS SANTOS Président National du SNB/CFE-CGC

Cliquer sur ce lien « Télécharger l’Accord AFB sur la Sécurité dans les Agences Bancaires du 30 mai 2016 »

Rendez-vous de la CFE CGC avec le premier ministre : Loi du Travail suite

snb

30/06/2016 • Emploi

Une philosophie inchangée mais une écoute attentive et des évolutions encore possibles

La CFE-CGC, toujours attachée à préserver une voie de sortie de crise a présenté les options d’évolution du projet de loi permettant de limiter le risque de dumping social.

Pour l’essentiel ces propositions portent sur :

  • La mise à disposition des branches des outils de contrôle et d’évaluation afin que le dialogue social dans les entreprises ne se fasse pas sous la contrainte économique du donneur d’ordre.
  • La demande que la commission de refondation du Code du travail prévue à l’article 1 devienne le lieu d’un travail partagé entre le gouvernement, les partenaires sociaux et les experts pour faire évoluer, avec les ressources de temps et de moyens adaptés les conditions d’exercice et d’articulation de la norme sociale.

Le Premier ministre et le ministre du Travail ont été attentifs aux arguments présentés par la CFE-CGC. Ils ont mis en avant leurs efforts pour amender le projet dans un sens plus favorable à la protection des droits des salariés. La CFE-CGC a reconnu la réalité des évolutions sur certains points mais maintient que dans l’écriture actuelle le risque du rapport de force économique dans le dialogue social n’est pas suffisamment écarté.

La CFE-CGC a, par exemple, nettement réaffirmé les dangers, pour toutes les parties, de la possibilité offerte de mettre en place un forfait jour sans sécurisation satisfaisante.

Le gouvernement comprend les arguments exposés par la CFE-CFGC sur la probabilité forte d’un report d’une politique de réduction des coûts sur la chaine de sous-traitance supportée, en final, par les salariés.

Cependant nos analyses concernant l’ampleur du risque continuent de diverger.

Relations Presse et institutionnelles

Pierre Jan
Tél : 01 55 30 12 92 / 06 32 05 69 02
E-mail : pierre.jan@cfecgc.fr

Les propositions de la CFE CGC sur la Loi Travail

snb

28/06/2016 • Emploi

Retrouvez notre dossier projet de loi El Khomri

Préparé sans concertation, ce projet de loi El Khomri porte en lui toutes les raisons de la colère sociale. La CFE-CGC n’a pas varié dans son opposition au texte.

Véritable « catalogue » de mesures sensées flexibiliser le marché du travail, cette loi n’aura aucun impact positif sur la compétitivité économique des entreprises.

Au contraire, l’introduction d’un principe (article 2) d’inversion de la hiérarchie des normes ouvrirait sans limite le champ de la concurrence par le dumping social avec de lourdes conséquences sur l’emploi.

Pour autant, conformément à sa ligne, la CFE-CGC a participé au processus d’amendement parlementaire du projet de loi sans varier de son avis négatif initial, malgré quelques améliorations par endroit. Processus interrompu par l’utilisation du 49.3.

La tension sociale est aujourd’hui à son comble. L’urgence de sortir de la situation de blocage des positions n’a jamais été aussi forte.

La CFE-CGC met à disposition de ses adhérents un document présentant les points de satisfaction de la CFE-CGC, ceux d’amélioration et les points d’opposition


cliquez sur le lien ci-dessous pour lire toutes les propositions de notre confédération CFE CGC:

Retrouvez toutes nos propositions sur le projet de loi El Khomri

Syndicat National de la Banque et du Crédit