EVOLUTION DANS LES BANQUES EN FRANCE ET PROJET ECO-SYSTEME A NICE

snb2

Le 18 octobre 2014

EVOLUTION DANS LES BANQUES ET PROJET ECO-SYSTEME EXPERIMENTATION TEST DANS LE GROUPE DE NICE

Les groupes bancaires évoluent dans un environnement dégradé, avec une conjoncture difficile mais aussi des évolutions structurelles lourdes, et font face à un déclin des marges de leur activité banque de détail.

L’intensification de la concurrence et l’impact de la crise :

  • Conjoncture économique difficile : croissance faible, repli des marchés automobile et immobilier, hausse des défaillances, taux long historiquement bas
  • Nouveaux acteurs : Assurance, grande distribution, banques en ligne.

Evolutions réglementaires :

  • Nouveaux ratios prudentiels Bâle 3 : augmentation nécessaire des fonds propres qui contraint le développement des banques avec des conséquences sur l’emploi (baisse d’effectifs pour l’activité de crédit à la consommation, essor des métiers de la gestion du risque).
  • Autres changements réglementaires : projets nationaux de réformes bancaires (tarification, protection des consommateurs).

Evolutions technologiques et nouvelles attentes des clients :

  • Forte diffusion de la banque en ligne : nouvelles attentes clients (l’accessibilité web plus que la proximité agences ;
  • Baisse de la fréquentation des agences couplée à une forte densité des réseaux en France ;
  • Pression tarifaire à la baisse, face au modèle à bas coûts des banques en ligne

ACTIVITE ET MARGES EN DECLIN DANS LE RESEAU D’AGENCES BANCAIRES EN France :

  • Baisse du PNB de l’activité de banque de détail qui représente environ 70% du PNB des groupes bancaires,
  • Les revenus des agences pourraient ne plus couvrir leurs coûts à moyen terme.

Les acteurs cherchent un nouveau modèle pour la banque de détail.

La SMC met en place un projet ECO-SYSTEME dans le Groupe de NICE, une expérimentation test sur 18 mois.

La liste des expérimentations :

  • Horaires d’accueil en agence
  • Routage des appels en dehors des horaires d’ouverture de l’agence
  • Routage des appels pendant les horaires d’ouverture de l’agence
  • Soutien commercial de la Banque à distance
  • Visio WebEx / expert à distance
  • Service caisse
  • Automate bancaire évolué
  • Accueil innovant (connectique, écrans plats….
  • Envoi des chéquiers à domicile
  • Promotion des canaux à distance

POURQUOI LE GROUPE DE NICE de la SMC ?

La réponse écrite dans le Projet est la suivante :

  • Avec 350 000 habitants, NICE est la 5ème ville française. Elle est au centre de l’activité économique de la Côte d’Azur et est également marquée par la saisonnalité avec près de 4 millions de visiteurs par an.

Les élus posent la question pourquoi la SMC ? pas d’explication à ce sujet de la Direction de la SMC.

Nous les élus du SNB savons très bien que c’est un projet du Groupe Société Générale, lors d’une interview de Monsieur Jean-François SAMMARCELLI sur une chaine des médias il y a plusieurs mois, répondait aux questions d’un journaliste sur l’avenir des banques et leur évolution. Le projet Eco-Système était prévu depuis ce temps-là.

Le Groupe de Nice est composé de 12 agences Part Pro, 1 agence Internationale et un Centre Affaire.

Sur les 12 agences, 8 agences Part Pro vont vivre cette expérimentation test à l’exception de 4 agences les 2 agences de Cagnes sur Mer, de l’agence de Saint Laurent du Var et de Menton dont la localisation distante de plus de 30 kms permettra à la banque de mesurer l’impact de l’expérimentation des agences de la ville de Nice sur des agences plus isolées.

Les changements pour les collaborateurs vont être nombreux :

  • Fermeture de caisse, changements de jours travaillés ou d’horaires.

La DRH a reçu dans le cadre d’entretiens individuels l’ensemble du personnel de Nice pour trouver des solutions à chacun et à chacune si toutefois cette nouvelle organisation impactait leur quotidien.

Un dispositif d’accompagnement et de formation permettra aux équipes de Nice de prendre en main les nouveaux outils mis à leur disposition.

Le SNB fait observer à la Direction que souvent une expérimentation était mis en place définitivement et ensuite étendue à l’ensemble du Réseau de l’Entreprise et que le mot Eco-Système mot peut-être à la mode remplaçait les mots réorganisation de grand ampleur.

Le SNB est à la disposition des collaborateurs du Groupe de Nice en cas de nécessité pour intervenir auprès de la DRH.

Voici un numéro d’appel 06 88 70 46 80 VOTRE CONTACT CHANTAL KATCHADOURIAN et VOTRE DELEGUE SYNDICAL LIONEL PINET EGALEMENT REPRESENTANT SYNDICAL AU CHSCT DE LA REGION EST

bas de page

 

LES CEP ???????

snb2

Le 17 octobre 2014

 LES CEP ???????????????

Lors de la réunion du Comité d’Entreprise du 16 octobre 2014, le SNB fait savoir à la Direction qu’un bruit circule à la SMC que sur les 50 CEP actuellement en place, il ne resterait plus que 20 CEP.

La Direction répond qu’il n’a jamais été question de diminuer les CEP, la SMC a besoin de l’ensemble des CEP. Elle ajoute que la Banque Privée va augmenter son effectif et la Gestion sur Mandat également d’un ou deux collaborateurs.

bas de page

AUGMENTATION DES OBJECTIFS EN FIN D’ANNEE ???

snb

Le 17 Octobre 2014

 L ’AUGMENTATION DES OBJECTIFS DANS LE DERNIER TRIMESTRE 2014 ???

Lors de la réunion du Comité d’Entreprise du 16 octobre 2014, le SNB a fait savoir que certains commerciaux ont appris par leur Direction de Groupe que leurs objectifs sur certains produits étaient augmentés. Tous n’ont pas eu d’augmentation et l’incompréhension est d’autant plus forte.

D’autant que les commerciaux qui ont reçu cette augmentation avaient atteint les objectifs donnés en début d’année.

Devant l’inquiétude de ces commerciaux d’être pénalisés lors des appréciations annuelles si toutefois ils n’atteignaient pas ces nouveaux objectifs, le SNB a demandé qu’elles seraient les conséquences au moment des appréciations annuelles ? Seront-ils pénalisés au niveau de leur prime de performance et augmentation individuelle ?

La Direction annonce que leur PILCO n’a pas été modifié car il est donné en début de d’année et c’est cela qui compte pour l’appréciation annuelle. L’augmentation qui est donnée à certains est un geste de solidarité pour les salariés qui sont en retard. Cela n’aura donc aucune incidence sur leurs appréciations s’ils ont réalisé leur PILCO.

bas de page

Print This Post

INTERNET PAYANT POUR LES SALARIES QUI N’ONT PAS NORPLUS

snb

Le 17 octobre 2014

 INTERNET PAYANT POUR LES SALARIES QUI N’ONT PAS LA CONVENTION NORPLUS

Lors de la réunion du Comité d’Entreprise du 16 octobre 2014, le SNB fait observer à la Direction la surprise des salariés d’apprendre que l’utilisation d’internet gratuit jusqu’à présent devenait payant à 1,40 euros par mois. Il s’agit des salariés qui n’ont pas pris la convention NORPLUS.

Le SNB demande à la Direction la possibilité pour ces salariés d’utiliser le poste de travail.

La réponse de la Direction est négative car les salariés sont des clients comme les autres et ne peuvent pas utiliser les outils de la banque pour leur propre compte afin d’éviter des dérapages.

La Direction ne peut maintenir la gratuité car les clients sont facturés 2 euros par mois également et la Loi oblige les employeurs a accordé aux salariés pour le même service ou le même produit une diminution de 30% seulement par rapport au prix facturé aux clients. De plus, le contrôle de l’URSSAF est stricte et la Banque ne peut pas se permettre d’être pénalisée.

bas de page

CREATION D’UNE AGENCE INSTITUTIONNELS

snb2

Le 16 octobre 2014

 PROJET DE CREATION D’UNE AGENCE INSTITUTIONNELS : PROVENCE INSTITUTIONNELS

 Lors de la réunion du Comité d’Entreprise du mois de septembre 2014, la Direction nous présente le projet de la création d’une agence Institutionnels pour mieux répondre aux besoins spécifiques de ce marché, les clients institutionnels présents dans les agences 2 marchés seront progressivement transférés dans les Agences Entreprises ou dans l’agence Institutionnels.

Les entrées en relation se feront en agence Entreprise ou en agence Institutionnels.

Les Agences Entreprises d’Avignon pour le Vaucluse et de Toulon pour le Var, bien que dans le périmètre de la nouvelle Agence Institutionnels, auraient la possibilité de conserver les relations actuelles ou les entrées en relation lorsque la proximité constituera un élément important de la relation.

Le dispositif actuel est de 5 Conseillers de Clientèle Institutionnels (CCI) répartis de la façon suivante :

  • 1 CCI à Montpellier rattaché à l’Agence Entreprise de Montpellier
  • 2 CCI à Marseille rattachés à l’Agence Entreprise de Marseille Est
  • 1 CCI à Cannes rattaché à l’Agence Entreprise de Cannes
  • 1 CCI à Nice rattaché à l’Agence Entreprise de Nice

Le Back Office du marché institutionnel est assuré par les Gestionnaires Clientèle Entreprise de chaque Agence Entreprise.

Les CCI sont rattachés hiérarchiquement aux Directeurs des Agences Entreprises.

Le dispositif futur prévu pour le dernier trimestre 2014 est le suivant :

  • Création d’une Agence Institutionnels (AE) « Provence Institutionnels » en charge du périmètre Orange, Avignon, Manosque, Aix, Marseille, Toulon, Saint Tropez.
  • Situation de l’agence Institutionnels dans les locaux de Marseille Est Entreprise
  • Effectifs :
  • 1 DAG Institutionnels (création du poste en promouvant 1 CCI)
  • 1 CCI
  • 1 GCE (Gestionnaire Commercial Entreprise) dédié au marché institutionnel intégré à l’équipe GCE de Marseille Est Entreprise
  • Rattachement : DRD
  • Le dispositif actuellement en place sur la Côte d’Azur et Montpellier restera inchangé, les CCI resteront intégrés aux équipes Entreprises de Nice, Cannes et Montpellier.

bas de page

TRACT SNB DU CREDIT DU NORD SUR LA PRIME DE PARTAGE DES PROFITS

snb

Le 2 octobre 2014

TRACT DU SNB DU CREDIT DU NORD CONCERNANT LA PRIME DE PARTAGE DES PROFITS

Les dupeurs et les dupés

Déjà en novembre 2011, le Crédit du Nord n’avait pas eu son mot à dire, et 3 ans plus tard, le scénario se répète !

Car en effet, la Direction Générale de la Société Générale, tenue à l’obligation légale faite à toute société distribuant des dividendes en hausse à ses actionnaires, a organisé à la hâte une réunion de négociation. Et très rapidement, elle a signé en catimini, avec deux organisations syndicales – CFDT et CFTC – un accord s’appliquant à l’ensemble des banques du groupe Société Générale.

Que contient cette signature ? Si l’appellation « prime de partage » laisse planer un certain parfum d’espoir en ces temps où le pouvoir d’achat est mis à rude épreuve, autant vous dire dès maintenant que lorsque vous percevrez la prime de partage des profits avec votre salaire de fin novembre…votre déception sera inversement proportionnelle à son montant !!!

CINQUANTE EUROS BRUTS, par salarié

Oui, vous avez bien lu ! Et c’est une régression par rapport à 2011, où la prime perçue, déjà insignifiante, n’était que de 170 euros !

50 euros bruts, c’est la prime de misère ! Car sur cette somme, il faudra déduire, comme tout revenu pécuniaire, la CSG, la CRDS, le forfait social sans oublier que cette somme sera soumise à l’impôt sur le revenu. Le montant net est tellement dérisoire que nous avons préféré ne pas le mentionner…et ne pas nous associer à la signature d’un tel accord.

C’est bien là le reflet d’une attitude particulièrement méprisante de la maison-mère vis-à-vis de l’ensemble des salariés du Groupe Crédit du Nord.

Des salariés qui chaque jour donnent le meilleur d’eux-mêmes, parfois au prix de leur santé, qui contribuent par leur engagement sans faille à ce que Société Générale affiche médiatiquement d’excellents résultats financiers, aux seules fins que SES ACTIONNAIRES SE « PARTAGENT LE PROFIT ».

Des résultats auxquels le Crédit du Nord participe plus que largement lorsqu’il remonte, comme cette année, près de 412 millions d’euros à la Maison Mère, et tout cela, pour qu’en finalité la SG puisse aussi couvrir ses pertes et faire face à divers revers financiers ou économiques dans des affaires dont elle a peu de raisons d’être fière.

Des dirigeants à la SG tout comme ceux du Crédit du Nord dont la seule politique qu’ils apprécient, est celle de l’arrogance, du mépris, du profit, leur profit. Car, soyons concrets, à l’échelle des 9500 collaborateurs des banques du groupe Crédit du Nord et rapporté à la remontée d’attribution aux actions de près de 412 MEuros, le ratio par salarié représente à peine 0,1%.

Nous vous laissons apprécier le degré de reconnaissance de nos dirigeants !

Il s’agit du dernier geste de mépris de Monsieur SAMMARCELLI , PDG du Crédit du Nord, dont sans nul doute, le montant de sa prime de départ en retraite sera très largement supérieur au montant global de cette « Prime de partage des profits » versée aux 9500 salariés du Groupe du Crédit du Nord.

Les élus SNB/CFE-CGC alertent le Personnel et ne peuvent pas passer sous silence les dérives de notre actionnaire unique et de sa politique de dédain envers ses filiales.

bas de page