TRACT SNB DU CREDIT DU NORD SUR LA PRIME DE PARTAGE DES PROFITS

snb

Le 2 octobre 2014

TRACT DU SNB DU CREDIT DU NORD CONCERNANT LA PRIME DE PARTAGE DES PROFITS

Les dupeurs et les dupés

Déjà en novembre 2011, le Crédit du Nord n’avait pas eu son mot à dire, et 3 ans plus tard, le scénario se répète !

Car en effet, la Direction Générale de la Société Générale, tenue à l’obligation légale faite à toute société distribuant des dividendes en hausse à ses actionnaires, a organisé à la hâte une réunion de négociation. Et très rapidement, elle a signé en catimini, avec deux organisations syndicales – CFDT et CFTC – un accord s’appliquant à l’ensemble des banques du groupe Société Générale.

Que contient cette signature ? Si l’appellation « prime de partage » laisse planer un certain parfum d’espoir en ces temps où le pouvoir d’achat est mis à rude épreuve, autant vous dire dès maintenant que lorsque vous percevrez la prime de partage des profits avec votre salaire de fin novembre…votre déception sera inversement proportionnelle à son montant !!!

CINQUANTE EUROS BRUTS, par salarié

Oui, vous avez bien lu ! Et c’est une régression par rapport à 2011, où la prime perçue, déjà insignifiante, n’était que de 170 euros !

50 euros bruts, c’est la prime de misère ! Car sur cette somme, il faudra déduire, comme tout revenu pécuniaire, la CSG, la CRDS, le forfait social sans oublier que cette somme sera soumise à l’impôt sur le revenu. Le montant net est tellement dérisoire que nous avons préféré ne pas le mentionner…et ne pas nous associer à la signature d’un tel accord.

C’est bien là le reflet d’une attitude particulièrement méprisante de la maison-mère vis-à-vis de l’ensemble des salariés du Groupe Crédit du Nord.

Des salariés qui chaque jour donnent le meilleur d’eux-mêmes, parfois au prix de leur santé, qui contribuent par leur engagement sans faille à ce que Société Générale affiche médiatiquement d’excellents résultats financiers, aux seules fins que SES ACTIONNAIRES SE « PARTAGENT LE PROFIT ».

Des résultats auxquels le Crédit du Nord participe plus que largement lorsqu’il remonte, comme cette année, près de 412 millions d’euros à la Maison Mère, et tout cela, pour qu’en finalité la SG puisse aussi couvrir ses pertes et faire face à divers revers financiers ou économiques dans des affaires dont elle a peu de raisons d’être fière.

Des dirigeants à la SG tout comme ceux du Crédit du Nord dont la seule politique qu’ils apprécient, est celle de l’arrogance, du mépris, du profit, leur profit. Car, soyons concrets, à l’échelle des 9500 collaborateurs des banques du groupe Crédit du Nord et rapporté à la remontée d’attribution aux actions de près de 412 MEuros, le ratio par salarié représente à peine 0,1%.

Nous vous laissons apprécier le degré de reconnaissance de nos dirigeants !

Il s’agit du dernier geste de mépris de Monsieur SAMMARCELLI , PDG du Crédit du Nord, dont sans nul doute, le montant de sa prime de départ en retraite sera très largement supérieur au montant global de cette « Prime de partage des profits » versée aux 9500 salariés du Groupe du Crédit du Nord.

Les élus SNB/CFE-CGC alertent le Personnel et ne peuvent pas passer sous silence les dérives de notre actionnaire unique et de sa politique de dédain envers ses filiales.

bas de page